En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’optimiser votre expérience en ligne et d’analyser notre trafic - Gérer les cookies

Talents
18 Mar 2019

Commercial Export, globe-trotter aventurier

Interview de Thibault d’Estève, Directeur général délégué de Sofexi

 

Le métier de Commercial Export est incarné au sein du Groupe Marck par une équipe de 8 collaborateurs qui œuvrent au quotidien pour développer les activités à l’international de 3 entités du Groupe : Marck (habillement), Sofexi (équipements) et OMP Solutions (équipements de camp de maintien de la paix), né du partenariat entre Sofexi et Ineo Support Global. Tous contribuent aussi, dans une moindre mesure, au développement de Sillinger, spécialiste de la construction navale dont le Groupe Marck détient 30% du capital.

 

« C’est un métier extrêmement passionnant pour lequel la curiosité, l’esprit d’entreprendre et la volonté de relever des challenges sont la pierre angulaire », souligne Thibault d’Estève, Directeur général délégué de Sofexi depuis 2014. Commercial Export de 2003 à 2011, puis à la tête de la Direction commerciale export, il assure que « jamais deux jours n’ont été identiques depuis 16 ans ».

 

Ce qui lui plaît particulièrement dans ce métier, et qui plaît d’ailleurs à l’ensemble de ses équipes, c’est l’aspect aventurier du poste.

 

« Bien sûr, personne ne part sur le terrain, en Afrique ou ailleurs, à l’aveugle et dans l’inconnu. Les missions sont préparées et les objectifs fixés. Mais une fois entré dans le vif du sujet, un Commercial Export doit savoir jongler entre les différentes situations qui se présentent à lui. Il doit être à l’aise pour adapter son discours et ajuster sa manière d’être en fonction des situations et des personnes rencontrées. »

 

D’un jour à l’autre en effet, le Commercial Export sera amené à troquer son costume/cravate pour un treillis selon l’interlocuteur qu’il doit approcher et convaincre.

 

« La principale qualité est l’adaptabilité. Avec un opérationnel, par exemple, il faut être technique. A l’inverse, avec un ministre, il faut être beaucoup plus protocolaire. D’un pays à l’autre, de surcroit, les protocoles, les codes et les circuits de décisions ne sont pas les mêmes. C’est pour répondre à ces enjeux que le Commercial Export doit être capable de s’acclimater à tout type de conditions. »

 

Véritable globe-trotter, le Commercial Export jouit d’une grande liberté d’actions. « Chacun d’entre eux doit gérer quotidiennement des problématiques très variées. Les circuits et les temps de décisions étant très courts, ils doivent être maîtres des prix, des marges, des décisions et des collaborateurs qui interviennent dans le process. Un bon Commercial Export doit aimer prendre des risques et entreprendre, pousser des portes ou entrer par la fenêtre si nécessaire… »